Cohen Salome

LES ECRANS TERRIBLES

Salome Cohen

Promotion de la culture comme vecteur de tolérance de création de lien

Description du projet : La culture est un antidote à la violence, nous invitant à la compréhension d’autrui et fécondant la tolérance, elle nous incite à partir à la rencontre d’autres imaginaires et d’autres civilisations. Elle devrait relier les hommes entre eux et au lieu de cela, elle a tendance à les diviser. L’association les Ecrans terribles souhaitent repenser leur approche du cinéma et invitent à sauter le pas.

Objectif : Aux Écrans Terribles ils sont persuadés que le 7ème Art appartient à tout le monde autant qu’il n’appartient à personne. C’est pourquoi ils ne jugent pas la manière dont chacun vit sa connexion au cinéma. Ils souhaitent analyser et promouvoir, partager et défendre la passion des films, des séries, et de toutes les formes de création auprès de tous ceux qui en ont ressenti l’impact un jour dans leur propre vie.

Passionnée de cinéma et de série qui aujourd’hui participent d’une réécriture de notre quotidien, et notamment de celui de l’avocat, Salomé Cohen Guez a décidé de soutenir et de participer à la création de l’association ainsi qu’à son développement.
Moyens : Outre ses interventions au sein de festivals, de conventions, et la rédaction d’un magazine en ligne, l’association a pour objet de promouvoir une autre forme de culture en proposant des interventions auprès d’étudiants, de collégiens et de lycéens aux fins de sujets d’actualité (Migrations, égalité des sexes, système carcéral, discrimination, harcèlement moral, homophobie, …) en prenant pour objet d’études les séries, le cinéma, et d’autres médias populaires qu’ils connaissent, développent et enrichissent quotidiennement.
Salomé Cohen Guez, en sa qualité d’élève-avocate, propose des interventions au sein d’établissements scolaires pour présenter la fonction de l’avocat, la matière pénale, droit pénitentiaire et le droit d’asile par l’intermédiaire de l’association.
A terme, elle souhaiterait étendre ce projet à l’intervention d’autres acteurs de la Justice (Magistrats, officiers de police judiciaire, conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation, médecins légistes,…).
Résultats : Salomé Cohen Guez est persuadée que ces interventions permettront de réduire la distance existant aujourd’hui entre les jeunes de toutes classes sociales confondues et la Justice et espère ainsi pouvoir susciter de nouvelles vocations.
En ce sens, l’association s’attèle aujourd’hui à développer ce projet d’intervention en prenant contact avec des établissements scolaires et universitaire.
En participant aux trophées ProBono, ils espèrent que ce projet saura susciter l’attention d’autres confrères désireux de participer à cette intervention.