Pouget Sophie

DÉFENSE DES DROITS

Sophie Pouget

Défense des droits fondamentaux des personnes migrantes de la région des Hauts de France

Description du projet : Sophie POUGET est  actuellement engagée dans une action bénévole humanitaire et de plaidoyer soutenant le travail de plusieurs associations défendant les droits fondamentaux de près de 1.500 migrants vivant dans la région des Hauts de France.

Objectif : Son travail a pour objectif d’apporter à ces associations des compétences que celles-ci n’ont pas la capacité de développer. Il s’est formalisé, au fil des actions, par la création de son association Committee for Refugee Relief, dont elle est la présidente. La finalité des actions menées est d’assurer la réalisation pleine et entière des droits fondamentaux des exilés de la région des Hauts de France, et notamment un accès permanent à l’eau potable et à l’hygiène ainsi que des conditions de vie dignes et humaines.

Moyens : Depuis 2017, Sophie POUGET a mené diverses actions en ce sens, dont une activité de plaidoyer importante encore en cours auprès du Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme des Nations Unies.

Dès l’été 2017, Sophie POUGET a réalisé une campagne de financement participatif par le biais de la plateforme GoFundMe à hauteur de 13.190 euros au profit de l’association calaisienne L’Auberge des Migrants.

En octobre 2017, Sophie POUGET a soumis une communication auprès du Rapporteur Spécial des Nations Unies sur le droit à l’eau potable et à l’assainissement, Mr. Léo Heller, pour le compte d’une coalition de six associations françaises et britanniques.

En janvier 2018, elle a coordonné la visite du Rapporteur Spécial Mr. Léo Heller à Calais et Grande-Synthe, qui a pu se rendre compte sur place des violations des droits fondamentaux commises envers les migrants.

En février 2018, elle a soumis une seconde communication auprès du Rapporteur Spécial Mr. Léo Heller, pour le compte d’une coalition de quinze associations françaises (calaisiennes et nationales), britanniques et belges.

En juillet 2018, elle a soumis une communication auprès du Rapporteur Spécial des Nations Unies sur le droit au logement, Mme Leilana Farha, pour le compte d’une coalition de dix-sept associations françaises et britanniques.

Elle est actuellement en contact avec le Rapporteur Spécial des Nations Unies sur la situation des défenseurs des droits de l’Homme, Mr. Michel Forst.

Invitée à Genève à deux reprises en tant qu’expert auprès du Rapporteur Spécial Mr. Léo Heller, elle a par ailleurs, présenté au World Water Forum son travail de plaidoyer pour les droits fondamentaux des migrants en France réalisé avec une interview du Rapporteur Spécial Mr. Léo Heller.

Résultats :  Ces actions, et particulièrement le travail de plaidoyer réalisé auprès des différents organes du Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme des Nations Unies, ont permis d’alerter les instances onusiennes et l’opinion publique sur les violations des droits fondamentaux des migrants en France :

Sur la base de la première communication, trois Rapporteurs Spéciaux des Nations Unies (sur l’eau, le logement et les migrants) ont pris officiellement position en octobre 2017 pour dénoncer les conditions de vie des exilés dans la région des Hauts de France.

Sur la base de la seconde communication et du voyage sur place du Rapporteur Spécial Mr. Léo Heller, trois Rapporteurs Spéciaux des Nations Unies (sur l’eau, les migrants et les défenseurs des droits de l’homme) ont à nouveau dénoncé, le 4 avril 2018,  les violations des droits fondamentaux commises à l’encontre des migrants.

Par ailleurs, à sa demande, Mr. Léo Heller a aussi soumis une tierce intervention auprès du Tribunal administratif de Lille à l’audience du 31 juillet 2018, à l’occasion de laquelle l’État français s’est engagé à ajouter de nouveaux points d’eau dans les environs de Calais.

Sur la base de ses plaidoyers, le Rapporteur Spécial Mr. Léo Heller va publier deux rapports sur la question de l’accès à l’eau pour les migrants dans lesquels les faits dénoncés à Calais seront mentionnés. Son rapport thématique sera soumis au Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies à sa 39ème session de septembre 2018 (A/HRC/39/55). Le second rapport sera présenté devant l’Assemblée Générale des Nations Unies plus tard à l’automne 2018.